Douleurs post-accouchement : les connaître et les soulager

Post-partum

Tranchées, hémorroïdes, douleurs périnéales, épisiotomie, constipation, lochies… ce n’est pas glamour mais c’est aussi la réalité de ce que l’on peut vivre après avoir donné naissance à son bébé. Parce qu’on en parle très peu entre femmes et que le personnel de santé ne s’attardent pas forcément sur ce sujet, les douleurs post-accouchement sont pour la plupart méconnues des jeunes mamans. Alors quand elles surviennent, on est d’abord surprises puis un peu en proie à ces douleurs auxquelles on ne s’est pas préparées.

Quels sont les bouleversements que peut subir notre corps de femme après un accouchement ?
Comment les soulager et les soigner ?

C’est ce que nous allons voir dans cet article 🙂 C’est parti !

PS : pour toutes les futures mamans qui vont lire cet article : pas de panique ! Ces douleurs post-accouchement sont plus ou moins fréquentes d’une femme à l’autre. L’intérêt de cet article, c’est de lever le tabou sur ce sujet et de vous informer sur ces réalités du post-partum pour que vous y soyez préparées si elles arrivent.

L’inconfort qui arrive à toutes les futures mamans : les lochies

Commençons en douceur avec un inconfort plus qu’une douleur. Les lochies sont des pertes de sang qui surviennent après l’accouchement. Elles sont tout à fait normales. C’est un processus de nettoyage naturel du corps, causé par une plaie de l’utérus pendant l’accouchement. Elles peuvent paraître interminables pour certaines mamans puisqu’elles durent entre 2 à 4 semaines.

Pour limiter l’inconfort, je vous conseille d’utiliser des serviettes hygiéniques spécialement prévues pour les suites de couches que vous trouverez en pharmacie et de les changer le plus régulièrement possible.

D’autre part, pour limiter la perte d’énergie de votre corps liée à cette perte de sang, mangez de la betterave ! C’est un excellent légume racine qui nourrit le sang. Je vous conseille de la déguster en smoothie ou en houmous ! Miam 🤤

Enfin, petit point de vigilance : si vos pertes de sang sont particulièrement abondantes et quelles sentent mauvais, consultez un médecin rapidement.

Une douleur post-accouchement fréquente : l’œdème au niveau du périnée

L’Œdème sur la zone périnéale est assez fréquent après un accouchement, particulièrement s’il y a eu utilisation de forceps ou d’une ventouse.

C’est une réaction inflammatoire qui peut créer des douleurs, des inconforts et une sensation de chaleur au niveau du périnée. Elle dure généralement 2 à 3 jours.

Pour soulager tout ça, parlez-en d’abord au personnel médical qui vous entoure. Il pourra vous prescrire un traitement pour soulager la douleur.  N’hésitez pas à vous rapprocher également d’un naturopathe qui saura aussi vous prescrire un traitement naturel.

Ensuite, pour limiter l’inconfort et la douleur à la maison, voici ce que vous devez faire :

🌿 Tapoter (plutôt que frotter) la zone périnéale après la toilette.
🌿 Appliquer plusieurs fois par jour des poches de glaces sur cette zone.
🌿 Privilégier au maximum la position allongée, sur le dos ou sur le côté ! Aussi, pour favoriser la circulation, il est bon de surélever les jambes dans cette position à l’aide d’un traversin ou de votre coussin d’allaitement. Il faut le placer sous les genoux ou entre les jambes si vous êtes installée sur le côté.
🌿 Ne pas utiliser des bouées sous les fesses qui ont tendance à augmenter le flux sanguin et la sensation de pression sur la zone périnéale.

Les douleurs post-accouchement redoutées : l’épisiotomie ou la déchirure

L’épisiotomie, c’est un acte chirurgical réalisé pendant l’accouchement qui consiste à ouvrir le périnée pour aider la sortie du bébé. La déchirure à l’inverse est naturellement créée par le passage du bébé. Elle peut être plus ou moins importante et nécessiter des points de sutures.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Prendre soin de soi pendant le post-partum : c'est possible !

Dans les deux cas, il y a une plaie qui demande à cicatriser. Ce temps de cicatrisation provoque généralement de nombreux inconforts et des douleurs post-accouchement pour la jeune maman. Elle peut avoir des difficultés à rester assise ou à marcher ou des sensations de brûlures au moment d’uriner.

Pour apaiser vos douleurs et vos inconforts, voici des éléments à mettre en place :

🌿 Ne pas utiliser de bouée !
🌿 Se laver quotidiennement avec un savon intime, doux et bio.
🌿 Tapoter la plaie après la toilette pour la sécher.
🌿 Changer régulièrement de protections hygiéniques.
🌿 S’essuyer toujours du bas vers le haut après avoir été aux toilettes pour limiter le risque d’infection.
🌿 Si uriner fait trop souffrir, faire pipi sous un jet d’eau.
🌿Appliquer plusieurs fois par jour de la teinture mère de calendula sur la plaie (propriété apaisante et cicatrisante)

Une douleur post-accouchement pas glamour du tout… les hémorroïdes

Pendant la grossesse et l’accouchement, une pression est exercée en partie sur l’anus et sur le rectum. Cette pression peut provoquer une dilatation anormale de veines situées à ces niveaux et créer des hémorroïdes.

Internes ou externes, on les reconnaît grâce aux symptômes suivants :

  • Démangeaisons au niveau de l’anus.
  • Inconfort en position assise.
  • Saignements au moment des selles.

Pour ne pas les aggraver et les faire durer, il faut absolument éviter d’utiliser une bouée, qui va augmenter la pression et favoriser l’apparition d’hémorroïdes.

Et pour les soigner, voici ce que je vous conseille de faire :

🌿 Rester allongée le plus possible en plaçant un coussin sous les genoux. Cela permet d’éviter la pression engendrée par la gravité sur cette zone.
🌿 Appliquer une poche de froid plusieurs fois par jour.
🌿 Prendre toutes les trois heures des granules de Aesculus Hippocastanum (7 CH)
🌿 Adopter une alimentation riche en fibres, en légumes verts en veillant à éviter tout ce qui est épicé et gras puis boire beaucoup d’eau.

La constipation : une conséquence des douleurs post-accouchement

La zone périnéale, l’anus, le rectum ont tellement été sollicités, modifiés et endoloris pendant l’accouchement, qu’aller à la selle après peut faire vraiment peur. Tellement peur qu’on ne veut plus y aller, créant de ce fait de la constipation ! Hors, c’est une douleur du post-accouchement que l’on peut s’éviter en mettant plusieurs choses en place.

Tout d’abord, il ne faut JAMAIS reporter le moment pour aller à la selle. Dès que vous sentez que vous en avez envie, allez-y, même si vous avez peur. Les conseils qui vont suivre vont aideront à bien libérer vos selles, sans douleurs :

🌿 Utilisez un marchepied pour surélever vos jambes. Cela permettra de détendre vos sphincters et de libérer plus facilement les selles.
🌿 Pour limiter les douleurs, ne poussez pas ! Soyez patiente, ça va descendre (j’adore ce paragraphe sur la constipation). Pour vous y aider, vous pouvez d’ailleurs utiliser des suppositoires de glycérine (de mieux en mieux !)
🌿 Enfin, privilégiez une alimentation riche en fibre, en légumes verts et en bon gras et hydratez-vous ! Minimum 1,5L d’eau par jour.

Les douleurs post-accouchement du bassin

Pendant l’accouchement, les articulations et les ligaments du bassin sont grandement sollicités, étirés et écartés pour faire passer Bébé. Ces bouleversements au niveau du bassin peuvent créer des inconforts : sensation de pesanteur, de relâchement, poids au niveau du périnée ; voir même des douleurs.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   3 méthodes de préparation à l'accouchement à faire en couple

Pour limiter cela, il existe une technique ancestrale : le bandage du bassin. Originaire d’Amérique du sud, le bandage du bassin permet de remettre les muscles et les organes en place après l’accouchement. Il procure une sensation de chaleur et de contenance qui soulage et fait du bien à la jeune maman.

Le bandage du bassin consiste à utiliser un tissu (écharpe de portage, foulard, paréo, drap) et d’englober le bassin avec celui-ci. C’est une technique précise qui doit être faite par deux personnes, le mieux étant qu’elles soient formées.

Idéalement, le bandage doit être fait et gardé pendant environ 2 heures juste après l’accouchement. Il peut ensuite être réalisé plusieurs fois pendant la période du post-partum.

Si vous n’avez pas la possibilité de bénéficier d’un bandage du bassin, je vous recommande d’utiliser une ceinture de maintien, comme la Physiomat’.

Enfin, il existe un soin complet qui comprend le bandage du bassin et qui est absolument divin pour une jeune maman : le soin rebozzo. Il dure 4 heures et comprend un :

  • Massage à quatre mains, favorisant un relâchement profond.
  • Bain chaud/hammam aux plantes.
  • Temps de sudation sous couvertures.
  • Enveloppement/resserrage du corps avec le rebozo en sept points clés du corps (tête, épaules, ventre, bassin, cuisses, genoux, pieds).

Un soin à ajouter de toute urgence à la liste de naissance ! Pour trouver des praticiennes, c’est par ici.

Les tranchées

Les tranchées sont des douleurs post-accouchement qui sont plus communes après un deuxième ou un troisième accouchement.  Ce sont des contractions, semblables à celles de l’accouchement, qui vont aider l’utérus à retrouver sa forme initiale.

Elles sont plus intenses chez les mamans qui allaitent car elles sécrètent plus d’ocytocine, l’hormone qui provoque les contractions.

Pour les soulager, posez au moment des contractions une bouillotte toute douce et chaude (bien sûr !) sur votre ventre.

Encore une fois, pas de panique !

Je le répète car ça me semble important : gardons du bon sens et les pieds sur Terre, ces douleurs sont plus ou moins fréquentes d’une jeune maman à une autre.

Autre chose : ne restez pas dans vos inconforts. Parlez-en ! Devenir maman c’est loin d’être aussi édulcoré et beau que ce que veulent nous faire croire les films ou la société en général.

Vous avez aussi le droit d’avoir mal, de ne pas vous sentir bien dans votre corps. Il a subit de nombreux bouleversements et il faudra des mots, des soins et du temps pour les traverser.

Prenez soin de vous 💛

Je vous embrasse,

Julia 🌱

6 commentaires sur “Douleurs post-accouchement : les connaître et les soulager”

  1. Merci pour cet article! C’est effectivement essentiel de parler de tout cela…

    Une partie est évitable (usage des forceps, épisio,…) dans bien trop de cas. C’est important de le savoir afin de préparer un projet de naissance pouvant aller dans ce sens .

    J’aurai rajouté certaines douleurs dû à des soucis lors de l’allaitement: crevasses, engorgement… et là aussi, la prévention est essentiel et avoir des ressources pour corriger le tire si ça arrive, c’est précieux!

    Merci à toi 🙂

    1. Merci Maëliss, ces douleurs font parties du post-partum je suis tout à fait d’accord avec toi.
      J’en parle très prochainement dans un nouvel article d’ailleurs.

      Merci pour ton message 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.