Ma matrescence a changé ma vie !

Post-partum

Les semaines qui ont suivi la naissance de Charlie, je me suis littéralement transformée. Mon rôle de maman a pris la place de tous les autres. Je mangeais maman, je dormais maman, je marchais maman, je pensais maman. Mon nouveau rôle et Charlie étaient devenus mes seules priorités et eux seuls comptaient. En fait, j’ai vécu en profondeur ce qu’on appelle la matrescence. 

Qu’est ce que la matrescence ?
Quels sont les challenges de cette période ?
Comment la traverser ? 

C’est ce que nous allons voir dans cet article. Il est d’ailleurs un peu différent des autres puisque j’ai eu envie de l’illustrer avec mon histoire. Vous allez donc aussi découvrir comment j’ai vécu ma matrescence et comment cette période a changé ma vie !

Comment ai-je vécu ma matrescence

Qu’est ce que la matrescence ? 

La matrescence, c’est la contraction du mot “maternité” et “adolescence”. Ce mot décrit et explique les changements qui s’opèrent chez une femme lorsqu’elle devient maman. 

Comme pendant la période d’adolescence, la femme qui devient mère vit des changements corporels et hormonaux intenses qui mènent à un grand bouleversement émotionnel. Pendant cette période, la jeune mère est si désorientée qu’elle peut même aller jusqu’à questionner sa place dans le monde : “Qui suis-je en dehors d’être la maman de mon enfant ?”. 

Comme le précise Alexandra Sacks, psychiatre de la reproduction qui a vulgarisé le terme de la matrescence en 2017, la matrescence n’est pas une maladie. Malheureusement, c’est un état si peu connu et si peu expliqué qu’il est souvent confondu avec une dépression du post-partum.  

Or, l’ambivalence des émotions et les changements qui s’opèrent pendant la matrescence sont tout à fait normaux. C’est une période de transition où vont s’opérer de nombreux ajustements pour que la femme apprivoise sa nouvelle identité : celle d’être mère.

Les 4 challenges de la matrescence

1. L’évolution de la dynamique familiale 

Pendant la matrescence, la nouvelle mère à la possibilité de vivre de nouveau ce qu’elle a vécu pendant son enfance. Elle peut décider de reproduire à l’identique ce qu’elle a vécu ou d’améliorer certaines choses. Les émotions, les challenges et les changements dans les relations familiales qui en découlent peuvent être intenses.

2. L’ambivalence des sentiments : le push & pull

Lorsque l’on devient mère, on vit encore plus fort l’ambivalence des sentiments. D’un côté, on est attiré (pull) vers son bébé sous l’effet de l’ocytocine et de la dépendance de ce petit être. Et de l’autre, on souhaite s’extraire de ce rôle de mère (push). En effet, nos besoins primaires et sociaux sont toujours présents (manger, dormir, avoir une vie sociale) et ont aussi besoin d’être comblés. 

Cela peut se traduire comme ceci : “J’aime profondément mon bébé et j’aime être prêt de lui mais j’aimerais aussi passer une soirée avec mes amis, sans lui.”

La dualité des sentiments est permanente et normale dans la maternité. Être mère, c’est beau et difficile à la fois. Il faut apprendre très tôt à vivre avec cette ambivalence.

3. Le rêve VS la réalité

La psychanalyste Joan Raphael-Leff explique qu’avant la naissance de son bébé, la femme a déjà fantasmé et imaginé son bébé pendant la grossesse. Au fur et à mesure que celle-ci progresse, la femme construit une histoire sur son bébé et s’investit émotionnellement dans cette histoire. Elle construit son bébé rêvé au travers de ce qu’elle a vécu et de ce qu’elle observe autour d’elle. Son bébé rêvé peut être assez puissant dans son esprit pour qu’il la déçoive s’il ne répond pas à ce qu’elle avait imaginé.

4. Culpabilité et sentiment de honte

Pendant la grossesse et même avant, une femme idéalise et fantasme son rôle de mère. Parce que la société véhicule une image de la jeune mère active, heureuse, épanouie et indépendante, c’est ce que souhaite atteindre la plupart des jeunes mères. En d’autres mots :  la perfection. Ce sont malheureusement des normes irréalistes et inaccessibles qui entraînent les jeunes mères à ressentir de la honte et de la culpabilité car elles ne parviennent pas à atteindre cette perfection.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   7 indispensables pour des premières semaines sereines avec bébé

D’autant plus que la honte est dangereuse car elle traduit que quelque chose ne va pas chez soi. C’est pour cela que beaucoup de femmes ne parlent pas de leurs difficultés face à leur rôle de mère. En effet, elles craignent d’être jugées. Ce type d’isolement social peut conduire à une dépression post-partum. D’où l’importance de parler de sa matrescence et de ses expériences de maternité en général !

Comment j’ai vécu ma matrescence ?

“Je suis une MAMAN”

Je suis devenue mère à l’instant où on a posé Charlie sur mon ventre. Mais il y a un moment qui m’a frappé dans mon changement d’identité.

C’était la première fois qu’on était à l’extérieur avec Charlie. On se baladait et je me suis éloignée quelque minutes de la poussette pour aller aux toilettes. J’étais sans ma fille mais pourtant, j’ai senti que mon rôle de mère m’envahissait. J’avais envie de crier : “Vous ne le voyez pas là car mon enfant n’est pas prêt de moi, mais je suis devenue MÈRE. Je suis une MAMAN.”

Ce moment illustre bien les semaines et les mois qui ont suivi la naissance de Charlie. Mon rôle de mère a pris toute la place dans mon existence. Mes deux centres d’intérêts principaux étaient ma maternité et mon bébé. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai démarré le blog ! J’étais tellement habitée par ce que je vivais que je souhaitais le partager.

Il faut dire aussi que je rêvais de devenir maman depuis très longtemps, donc j’ai investi ce rôle à 1000% tellement j’étais heureuse qu’il me soit enfin donné. 

Mon corps n’était plus le même

J’ai aussi vécu pleinement ma matrescence au travers de mes changements corporels puisque je suis passée d’un corps de jeune femme à un corps de mère. 

J’ai allaité Charlie pendant 4 mois, donc d’un point de vue physiologique et hormonal mon corps s’alignait avec mon rôle de mère et le définissait encore plus.

Aujourd’hui, mon corps reflète le fait que j’ai porté et donné la vie, que j’ai allaité aussi. J’ai un petit bidon tout rond (et les abdos alors ?). Ma poitrine est clairement différente ! Moins ferme et volumineuse qu’avant… Il m’a d’ailleurs fallu du temps à l’accepter car je n’avais pas imaginais que mon corps changerait autant.

Un nouveau moi

Enfin, devenir mère a radicalement changé ma vie d’un point de vu identitaire et professionnel. 

J’ai toujours été passionnée et attirée par la maternité. Mais dans mon parcours de vie, je n’avais jamais transposé cette passion professionnellement… C’était sans compter sur la naissance de Charlie.

Après sa venue au monde, je me suis posée de nombreuses questions sur mon avenir et mes envies professionnelles. J’étais tellement envahie, comblée et passionnée par ce que je vivais, par ce que je lisais et ce que j’apprenais aussi sur la maternité que je me suis naturellement dirigée vers une reconversion professionnelle dans ce domaine. 

Je me suis laissée le temps de trouver ma voie. Certes j’ai fait beaucoup de recherches et je me suis posée des milliers de questions, mais j’ai laissé ma nouvelle identité et ce que j’appelle aujourd’hui ma mission de vie (plutôt que projet professionnel) s’imposer à moi naturellement. Le temps, mes recherches, mes échanges et mes rencontres m’ont amené progressivement vers le métier de

✨ Doula Postnatale

Rien que de l’écrire m’émeut. Je suis fière d’avoir enfin trouvé ce pour quoi je suis faite.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   5 actions à mettre en place pour un retour à la maison avec bébé réussi

Ce métier s’aligne profondément avec qui je suis aujourd’hui et aussi avec tout ce que je vous transmets depuis des mois sur le blog. 

Je l’exercerai officiellement à l’automne, ici sur le blog et en présentiel en Haute-Savoie, après avoir complété mon parcours de formation avec Maternité Sacrée.

Les solutions pour traverser la matrescence 

On vient de la voir au travers de sa définition et de mon témoignage, la matrescence ce n’est pas rien ! C’est une période intense, où les changements hormonaux et corporels sont si intenses qu’ils bouleversent fortement les femmes émotionnellement. Pour traverser au mieux cette période, je vous propose 3 solutions

#1 En parler

Devenir mère est absolument incroyable, magnifique et difficile ! Nous devrions pouvoir parler de tous les aspects de notre maternité sans honte ni culpabilité. Je vous invite donc à trouver des personnes de confiance avec qui vous pourrez déposer ce que vous avez sur le coeur, que ce soit positif ou négatif ! Et dites vous aussi que toutes les femmes ont vécu une matrescence. Vous êtes donc dans la norme et vous avez le droit d’en parler.

#2 S’informer

Vous venez de le faire avec cet article et je vous en félicite ! S’informer sur la matrescence c’est s’offrir la possibilité de mieux comprendre cette période et ainsi, de mieux la traverser. Vous pouvez aussi lire les articles de la catégorie Post-Partum du blog pour préparer au mieux cette période.

#3 S’entourer

J’ai eu la chance de me lier d’amitié avec les mamans qui étaient en séances de préparation à la naissance avec moi. Nos bébés sont nés à 24h et 3 semaines d’écart. Pendant les premières semaines de vie de nos bout’choux, nous avons échangé quotidiennement sur ce que nous vivions en tant que nouvelles mamans : nos difficultés, nos questionnements et nos grandes joies ! Ces échanges couplés de la présence bienveillante et respectueuse de mon chéri et de mes proches ont fait une grande différence dans ma matrescence. Cela a participé grandement à mon bien-être postnatal, j’en suis convaincue. Je vous invite donc vivement à vous entourer de personnes de confiance pendant cette période challengeante.

Pour aller un peu plus loin sur le sujet de la matrescence

Vous pouvez écouter, lire et regarder les sources suivantes :

J’ai d’ailleurs appris le terme de la Matrescence grâce à l’excellent podcast de Clémentine Sarlat. Ce mot, si peu connu malheureusement, a tout de suite fait sens avec ce que j’avais vécu et ça me faisait un bien fou.

Cet article me tenait à coeur pour compléter le travail de Clémentine et vous partager aussi, ce que j’ai pu lire, apprendre et expérimenter au travers de la matrescence.

J’espère que cet article vous aura plu et vous sera utile 🙏💛

Je vous embrasse,

Julia 🌿

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.